English  |  Español  |  Français  |  Russian   |    | 
 
Dans cette page
Aperçu
Liste de documents
Liste de documents de la conférence
Accréditation
Formulaire d’enregistrementWord document
Formulaire de réservation de l’Hôtel
Lettre d'accréditation
Information pratique

Note d'information
Invitations à:
- Missions Permanentes et aux Missions d’Observation
- Agences spécialisées et organisations
intergouvernementales
- Organisations Non Gouvernementales
Réduction spécial sur le prix des billets
Information sur le visa
Centre d'accueil

Contactez-nous
Contactez-nous
Nouvelles

Communiqué de presse du Ministère des Affaires Etrangères

Conférences précédentes
>Good Governance practices that promote human rights, ( Seoul 15 and 16 September 2004 )

Anglais | Espagnol

OHCHR

Conférence des Nations Unies sur les Mesures Anti-Corruption, la Bonne Gouvernance et les Droits de l’Homme

Date: 8-9 novembre 2006
Ville:
Varsovie, Pologne



LE CONTEXTE - La corruption impacte négativement tous les droits de l’homme et peut avoir des effets dévastateurs sur les groupes plus vulnérables dans les pays en voie de développement ainsi que dans les pays développés. Elle impacte négativement l’exercice des droits civils et politiques en compromettant les institutions démocratiques et en réduisant l’accès à la justice, affaiblit la capacité des gouvernements à assurer des services publics basiques et bloque l’accès des pauvres à ces services. La lutte contre la corruption peut contribuer à la promotion et à la protections des droits de l’homme, alors que les politiques et efforts anti-corruption peuvent fortement bénéficier des stratégies basées sur des droits de l’homme reconnus sur le plan international.

MANDAT - Le séminaire organisé conjointement par le Bureau du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme des Nations Unies (HCDH) et le PNUD, tenu à Séoul en 2004, a souligné les liens entre bonne gouvernance et les droits de l'homme, qui se renforcent mutuellement et, quelquefois, dépendent directement l’un de l’autre. Afin d’analyser plus en profondeur ce lien, donnant suite à la résolution 2005/68 sponsorisée par les Gouvernements d’Australie, du Chili, de la République de Pologne, de la République de Corée et de l’Afrique du Sud, la 61ème Commission des Droits de l’Homme a demandé que le HCDH “organise un séminaire en 2006... sur le rôle des mesures anti-corruption aux niveaux national et international dans les pratiques de bonne gouvernance pour la promotion et protection des droits de l’homme.”

CONFERENCE - La Conférence des Nations Unies sur les Mesures Anti-Corruption, la Bonne Gouvernance et les Droits de l’Homme (« Conférence ») est organisée par le HCDH et accueillie par le Gouvernement de la République de Pologne, avec le support logistique du Bureau National du PNUD de Varsovie, Pologne, ainsi qu’avec le support financier du Gouvernement de l’Australie et se tiendra les 8 et 9 novembre 2006 à Varsovie, Pologne. L’objectif de la Conférence, qui aura une approche pratique, est de développer la compréhension des pratiques de bonne gouvernance qui contribuent à la lutte contre la corruption, en se concentrant sur les droits de l’homme.

THEMES A EXPLORER - La Conférence se concentrera en particulier sur: (a) l’impact de la corruption sur les droits de l’homme; (b) la manière dont les droits de l’homme et les principes de la bonne gouvernance peuvent contribuer à la lutte contre la corruption; (c) le rôle de la société civique, du secteur privé et des médias; et (d) la lutte contre la corruption tout en protégeant les droits de l’homme. La Conférence offre aux participants l’opportunité d’échanger sur les pratiques appliquées dans diverses régions du monde.

PARTICIPANTS - On recommande vivement la participation de personnes ayant une expérience pratique de projets liés aux thèmes de la Conférence. Les participants recherchés comprendront:(a) des hauts fonctionnaires des états, impliqués dans la lutte contre la corruption et des agences s’occupant des droits de l’homme, y compris des représentants des 50 pays les moins avancés (PMA); (b) des représentants des agences concernées des Nations Unies; et(c) des représentants de la société civique, de l’industrie, des experts et académies actifs dans le domaine de la lutte contre la corruption, des droits de l’homme, de la bonne gouvernance et du développement.

STRUCTURE - La Conférence démarrera par un discours clé sur l’éthique et l’intégrité. Lors de chaque session de la Conférence, un expert explorera des questions liées aux sujets précités et des pratiques correspondantes seront présentées. Ces présentations seront suivies d’un commentaire et d’une analyse, dont l’objectif sera d’élargir le débat sur le sujet. Les résultats de chaque session seront présentés en séance plénière. A la fin de chaque journée, le Rapporteur résumera les points clés de la discussion.

RESULTAT & CONSEQUENCES - Une déclaration présentera les grandes lignes des conclusions de la Conférence et un rapport fera la synthèse de toutes les conclusions, interventions et pratiques importantes présentées lors de la Conférence. On attend deux conséquences de cette Conférence: (a) une conscience accrue parmi les participants des liens conceptuels et fonctionnels entre la corruption et les droits de l’homme; et (b) une meilleure intégration des principes des droits de l’homme et de la bonne gouvernance dans les politiques et stratégies anti-corruption.

 
Plan du site  Contactez-nous